FAQ

(Frequently Asked Questions, en bon français : questions les plus fréquentes)
Qui sommes-nous ?
 
Des habitants de la Côte d’Émeraude qui ont envie de contribuer concrètement sur leur territoire à la transition énergétique
 
Sur quel territoire géographique ?
 
Essentiellement celui de la Communauté de Communes de la Côte d’Émeraude et ses environs immédiats,
dans la limite du futur parc Régional Rance Émeraude.
 
Que va-t-on faire concrètement ?

Aider les gens qui souhaitent réduire leur consommation d’énergie
     – par des conseils pratiques « l’énergie la meilleure est celle que l’on ne consomme pas »
     – les aiguillant vers des organismes ad-hoc (espaces Info-Energie, permanences CCCE (Communauté de        Communes de la Côte d’Émeraude), Soliha (association pour l’amélioration de l’habitat, ex PACT-ARIM), …
     – les aidant à élaborer un projet et comprendre un devis
     – les conseillant des fournisseurs fiables et sérieux

Mener des actions de sensibilisation, telles que :
            – Réunions avec ou sans intervenant extérieur
            – Présence marchés et manifestations
            – Réunions « tupperwatt » et défis EnergiéO
            – Intervention dans des etablissements scolaires
            – En collaboration avec d’autres associations : CNL, …
            – Achat groupés de Kit solaires
 
Mener des projets citoyens concrets (c’est à dire à l’initiative des citoyens et financés par eux)
             – Organiser des achats groupés de Kit solaires
             – Installer des panneaux solaires sur des toits communaux et/ou privés
           – Collecter des fonds citoyens, complétés par des emprunts bancaires et éventuellement des subventions, au sein d’une société anonyme coopérative ad-hoc, existante ou à créer avec une rémunération des actionnaires
 
Innover, expérimenter :
            – Comment « auto consommer » intelligemment : nouveaux systèmes intelligents
            – Comment stocker l’énergie ?
 
Êtes-vous en lien avec des structures existantes ?
 
Adhérents du réseau national ÉNERGIE PARTAGÉE et de sa structure régionale TARANIS,
nous sommes en contact avec d’autres associations locales œuvrant dans les mêmes domaines :
Collectif citoyen de St-Malo, Centrale Villageoise Ouest-Cornouailles (CVOC), Energie en Pays de Rennes (« EPR » !), la Pepinières de Unis Verts, Saint-Lunaire en Transition, les Amis du PNR,
 
Etes-vous en contact avec les élus, les collectivités locales, les institutions ?
 
Nous voulons travailler en coopération étroite avec tous les acteurs institutionnels : mairies, communautés de communes, mais aussi syndicats départementaux d’énergies SEM35 et SEM22 et leurs filiales Energ’IV et Energie 22, …
 
Pourquoi une association ? Parce que c’est…
 
– La structure la plus naturelle et la plus efficace pour rassembler toutes les personnes intéressées
– Une façon d’être visible par les institutionnels et les autres acteurs
– Une étape préalable à la création éventuelle d’une structure plus opérationnelle dès lors que des projets nécessiteraient des investissements financiers (SAS…)
 
Sommes-nous des « doux rêveurs » ?
 
Les fondateurs de l’association sont convaincus de la nécessité de se prendre en main localement pour faire avancer la transition énergétique aux côtés des institutions.

Ils pensent, tout comme les centaines d’associations opérationnelles en France, que chacun peut contribuer à sa mesure, là où il est, en agissant concrètement

Ils ont envie d’être efficaces, et de montrer que des projets peuvent être économiquement rentables
 
Êtes-vous des « écolos », des anti-nucléaires ?
 
Chacun a ses propres opinions, mais ce n’est pas notre sujet ici : nous ne lancerons par exemple aucun débat « pour ou contre » le nucléaire : ce serait une façon très efficace… de ne pas avancer !

Notre volonté est de développer des moyens de réduire notre consommation énergétique, et de produire de l’énergie renouvelable : arrêtons de parler et agissons !
 
« A mon échelle, que puis-je faire ? »
 
Ce que nous vous proposons c’est :
– Venir dialoguer, réfléchir, vous informer, vous former avec nous
– A votre tour, entraîner vos amis, votre famille, vos voisins dans nos projets
– Vous accompagner pour faire vous-même, chez vous, des économies d’énergie et/ou des projets de production
– Lancer ensemble des projets citoyens visibles et fédérateurs
– Pour ceux qui le veulent, investir une partie de votre épargne dans des projets collectifs
 
Les Énergies Renouvelables (ENR), le photovoltaïque sont-ils « rentables » ?
 
L’évolution de la technologie a permis de diviser les coûts du solaire par 10 en 10 ans
La COP (Conférence des Parties…) nous engage tous à augmenter la part d’énergie renouvelable dans notre « mix énergétique » : la France et la Bretagne peuvent faire beaucoup mieux : cela ne se fera pas sans l’investissement des citoyens eux-mêmes, en premier lieu en réduisant leur consommation, en second en produisant des ENR
Selon les cas, le type d’installation à mettre en œuvre doit être étudié finement : revente, autoconsommation, puissance à installer, …
 
Les panneaux sont-ils recyclables ?
 
La réponse à cette question a largement évolué, notamment en France : (voir mémoire d’études demandée par Energie en Pays de Rennes) https://energiesdupaysderennes.fr/analyses-et-etudes/stop-aux-idees-recues/les-panneaux-photo-voltaiques-sont-ils-recyclables/
 
En Juillet 2018, Veolia a ouvert la toute première usine de recyclage en Europe exclusivement dédiée aux panneaux solaires à Rousset près d’Aix-en-Provence. Sur le site, les panneaux sont débarrassés de leur cadre et des câbles électriques. Les plaques de verre cristallin sont alors broyées à plusieurs reprises, permettant le tri et la séparation de poudre de verre, de poussière de silicium, de filaments métalliques et de paillettes de plastique. Grâce à cette nouvelle technologie de recyclage, l’usine assure un taux de valorisation de 95%. Tous les composants sont ensuite redirigés vers leurs filières respectives. La nouvelle usine, qui a nécessité un million d’euros d’investissement et quatre ans de recherche de la part de Veolia, a traité 1 800 tonnes de matériaux dès sa première année de fonctionnement en 2018. A terme, le site aura une capacité de traitement de 4 000 tonnes de panneaux par an et Veolia espère assurer la valorisation de 65% des panneaux photovoltaïques d’Europe. Le groupe Veolia vise une rentabilité dès 2019 pour son usine, et envisage de reproduire ce type de site en Asie ou en Amérique du Nord dans les années à venir pour répondre à la future explosion de la demande.
 
Panneaux cristallins : Les panneaux photovoltaïques « cristallins » sont en théorie 100% recyclables parce que les éléments qui le composent le sont aussi. Dès lors, la principale difficulté rencontrée lors du recyclage des panneaux solaires est le désassemblage des panneaux et le tri des différents éléments
 
Panneaux couche minces
Environ 90 % du verre et 95 % des semi-conducteurs qui composent une cellule à couches minces sont récupérables. Au final, le cadmium, le tellure, mais aussi le gallium et l’indium, sont remis sur le marché des matières premières.
 
Le solaire est une énergie intermittente, que fait-on en dehors des périodes d’ensoleillement ?
 
On peut faire en sorte de consommer l’énergie en priorité lorsqu’elle est disponible, de plus en plus de solutions techniques existent pour nous aider à déclencher des appareils lorsque l’énergie est produite : ballon d’eau chaude, recharge batteries vélo, voiture, …

Il existe déjà des techniques de stockage utilisées par ENEDIS (remontée d’eau dans les barrages), les solutions accessibles aux particuliers sont aujourd’hui plus complexes, mais vont évoluer. Des précurseurs y travaillent déjà dans notre région (hydrogène) : nous pouvons participer à leur expérimentation
 
L’autoconsommation, c’est quoi ?
 
La « revente totale », formule la plus connue aujourd’hui, consiste à produire de l’énergie qui sera intégralement achetée par EDF ou ENERCOOP, à un prix fixe garanti pendant 20 ans et dépendant de la puissance de l’installation.
L’autoconsommation est une alternative qui consiste à « auto consommer » l’énergie produite pour alimenter son propre logement.
Pour que cette formule soit intéressante il faut chercher à dépenser l’énergie dont on a besoin prioritairement quand les panneaux produisent. Mais ce n’est pas si simple ! Sans système spécifique, on estime qu’un logement moyen peut auto consommer 20 à 30 % de l’énergie qu’il produit, pour une installation type de 3 kW (15m2 de panneaux).
L’énergie non utilisée peut être achetée par EDF ou ENERCOOP, mais le prix d’achat de ce « surplus » est inférieur au prix d’achat en revente totale (0,10 € / kWh).  Actuellement des aides de l’Etat sont associées à cet achat de surplus.
On peut aussi se contenter d’une installation de taille modeste (2 ou 3 panneaux), qui permettant de produire l’équivalent du « talon » de consommation, c’est-à-dire l’énergie consommée par les appareils toujours en service : VMC, réfrigérateur, box internet, …
 
C’est quoi l’autoconsommation collective ?
 
Dans un rayon aujourd’hui fixé à 2 km, des producteurs et des consommateurs se réunissent dans une même communauté et « partagent » l’énergie produite : si, à un instant donné, l’énergie produite n’est pas consommée par un des producteurs, elle peut l’être par un autre membre de la communauté.
 
A l’heure actuelle ce modèle est tout nouveau en France (il est déjà très développé en Europe), et son modèle économique nécessite un examen attentif pour être pertinent. A l’avenir, il va se développer de plus en plus et nous souhaitons le promouvoir.

Des communautés d’autoconsommation collective sont en service à Pénestin, à l’ile d’Yeu (Ouest-France du 03/07/2020), prochainement à Hédé-Bazouges…
 
Poser des panneaux solaires ou isoler ma maison ?
 
« La meilleure énergie étant celle qu’on ne consomme pas », il vaut mieux en effet d’abord se poser la question de l’isolation de sa maison, et/ou du renouvellement de nos moyens de chauffage : il n’y a pas une solution miracle et tout dépend du cas particulier de chacun. Un des objectifs de notre association est de vous aider à y voir plus clair et à faire votre choix
 
Voulons-nous couvrir les toits de nos bâtiments bretons remarquables de panneaux solaires ?
 
Évidemment non ! La préservation et l’embellissement de notre patrimoine naturel et architectural font partie de nos valeurs. Il existe suffisamment de bâtiments pouvant accueillir des panneaux qui ne poseront pas ce genre de dilemme.
 
Quel montage financier ?
 
Notre souhait est de réunir suffisamment de personnes motivées pour disposer des moyens financiers permettant de lancer des projets collectifs, complétés par des emprunts bancaires et d’éventuels partenariats financiers avec des collectivités ainsi que le recours à des subventions
Ces projets devront être portés par une structure habilitée à gérer des opérations financières.
 
Quel intérêt ai-je à adhérer ? Si j’investis dans vos projets, suis-je sûr de ne pas perdre mon argent ?
 
Selon vos inclinations, vous pouvez nous rejoindre simplement parce que vous avez envie de « faire quelque chose » en faveur de la transition énergétique, bien sûr !

Nous pouvons vous aider à y voir clair dans un projet personnel : isoler sa maison ? Changer sa chaudière ? Installer une pompe à chaleur ou un poêle à granulés ?

Nous pouvons vous aider à retenir des entreprises fiables et sérieuses

Vous pouvez investir financièrement dans nos projets

Notre ambition est de rémunérer les actionnaires, comme le font la plupart des structures citoyennes qui ont mis en place des montages pertinents

Notre affiliation à des réseaux nationaux vous offre un gage de sérieux
 
La Bretagne est dépendante en énergie, est-ce vrai ? Et dans notre secteur ?
 
Oui, c’est vrai, et un de nos objectifs est de contribuer à la réduire : en réduisant nos consommations, et en produisant de l’énergie verte.



Concrètement, où en sont vos projets ?


Notre réseau d’adhérents met en place des projets concrets . Contactez-nous et venez nous rejoindre !